• Gebäudetechnik_1
  • Gebäudetechnik_2
  • Gebäudetechnik_4
  • Gebäudetechnik_5

Retour sur le congrès des techniques du bâtiment

Evolution possible des techniques du bâtiment intelligentes et numériques

Le congrès national des techniques du bâtiment est une plateforme idéale pour réunir les chercheurs, projeteurs, exécutants et exploitants. Les exposés du programme 2018 étaient placés sous le signe du «Digital & Smart».  

Deepak Aatresh, de la Silicon Valley, a montré comment l’intelligence artificielle pouvait accélérer le processus de planification des bâtiments. Il a écarté les craintes exprimées à propos de la perte d’individualité des complexes de bâtiment automatisés en rétorquant que les nouvelles méthodes nous permettaient de travailler de façon plus rapide et efficace, sans que cela ne se fasse au détriment de l’individualité. Lors de la table ronde consécutive, le public a posé des questions critiques concernant la présence de robots sur le chantier. Mais les spécialistes s’accordaient à penser que la robotique était susceptible de créer de meilleurs postes de travail dans le secteur du BTP et d’améliorer la qualité du travail sur le site.

Le BIM, un jeu d’ordinateur simple
Michael Scheiwiller, de Methabau, nous a également invités à adapter ou changer nos modes de pensée. Methabau conçoit depuis 2004 tous les ouvrages traités avec la modélisation des données du bâtiment (BIM, Building Information Modelling). Dans un modèle BIM, les données 3D sont enrichies d‘informations importantes pour tous les intervenants sur le chantier. Cela permet d’exécuter les projets de construction en respectant les délais et coûts définis. Le BIM exige cependant une autre approche lors du processus: il faut impliquer le client final bien plus tôt et celui-ci doit prendre de nombreuses décisions (la plupart en fait) dès le début. Le BIM permet une planification avant la phase de construction. Dans de nombreux projets traités actuellement, la planification continue à intervenir plutôt lors de la construction. Les réserves formulées quant à la lecture compliquée du BIM ont également été dissipées rapidement: «Le BIM est comme un jeu d’ordinateur simple», rétorquait Michael Scheiwiller.  

Un architecte axé sur la durabilité est un architecte qui ne construit rien
Sacha Menz, architecte et professeur à l’EPFZ a invité les architectes et projeteurs en techniques du bâtiment à remettre des choses en question au lieu d’exécuter simplement: «Nous devons être à l’écoute du maître de l’ouvrage, lui témoigner du respect, remettre en question certains points, ne pas perdre l’objectif de vue et être critiques», expliquait Sacha Menz. Lui aussi pense que le maître de l’ouvrage et les projeteurs doivent se réunir plus tôt pour discuter des conditions nécessaires. Les exigences relatives à un plus haut niveau de sécurité et de confort dans le bâtiment aboutissent souvent à une technique excessive. A la question de l’animateur sur ce qu’est un architecte axé sur la durabilité, il a répondu: «L’architecte le plus axé sur la durabilité est celui qui ne construit rien.»

Ce congrès était jalonné d‘exposés passionnants qui ont esquissé l’évolution possible des techniques du bâtiment intelligentes et numériques. La rapidité avec laquelle les changements se manifesteront est encore incertaine. Mais ce qui est sûr, c’est que les nouvelles techniques offrent de nombreuses possibilités auxquelles nous devons être ouverts.